TRAVEL #1 : Cameroun

IMG_0581

Après avoir passé trois superbes – et bien trop courtes – semaines au Cameroun, en Afrique, je vous retrouve enfin dans un article pour vous en parler. Que ce soit du point de vu des paysages, des personnes, des traditions ou encore de la nourriture (bah quoi, vous me connaissez maintenant non?). Concernant les endroits où je suis allée, je suis restée deux jours sur Douala, où j’ai atterris, nous sommes ensuite passer par Limbe, une région anglaise du Cameroun, connue pour ses plages de sables noir dû au volcan qui est proche. Mais pour ce qui était de la majorité de mon séjour, j’étais dans l’Ouest, non loin de Banganté, dans un petit village appelé Bangoulap à la super Fondation Jean Félicien Gacha. Fondation mise en place par la famille Gacha, elle a pour but de former et de donner des cours aux enfants ou aux adultes, enfin de les aider à se créer un avenir meilleur. Au même endroit se trouve aussi la villa Boutanga qui se propose à accueillir, ainsi que le Boucarou. Assez régulièrement, je partais aussi sur Bafoussam, à l’hôtel « le Zingana », un 4 étoiles dont la construction était en train de se terminer lorsque j’étais là bas.

Les vlogs à ce propos sont ici et ici (d’autres sont à venir !)

Les paysages.

Comment le dire.. C’est un autre monde, à tel point que, lorsque je suis rentrée chez moi, j’avais l’impression de n’y être jamais allée et de l’avoir seulement rêvé. La sensation s’est apaisé ensuite, mais ça a été vraiment bizarre dans un premier temps.

IMG_0823IMG_0854IMG_0533IMG_0523IMG_0453IMG_0340

IMG_0510

Les paysages sont très verts, et c’est globalement les bananiers et les palmiers à huile qui dominent dans le paysage. C’est vraiment à s’en prendre plein la vue. Des routes sont présentent, contrairement à ce que certains pourraient penser, il n’y a pas que des chemins de brousse, loin de là ! Seulement, elles ne sont pas entretenues et bien souvent il y a de nombreux trous, qui poussent, par exemple, à rouler pendant un bon moment sur la voie de gauche. C’est un spectacle assez drôle à voir, sans compter l’orchestre de klaxon, puisque à chaque fois que l’on souhaite doubler, il est nécessaire de klaxonner pour prévenir, ou pour demander à la moto qui roule un peu trop au milieu, de se pousser. Les gens circulent d’ailleurs majoritairement en moto, les voitures étant trop chères. Existent alors ce que l’on appelle les « taxis motos », qui, en échange d’argent, prennent du monde sur la moto. Il n’est pas rare de voir quatre personnes sur ces petites motos. Malheureusement, si cela fait parti du charme du pays et est plutôt drôle à voir, cela n’exclut pas les accidents et là bas, aucune ambulance ne se déplace, si personne ne peut vous amener à l’hôpital le plus proche.. Les soins sont évidemment un des plus gros problèmes là-bas, car, bien que présents, ils sont hors de prix pour les camerounais la plupart du temps et ne sont pas aussi évolués que notre médecine (là où nous donnerions seulement des antibiotiques pour guérir une infection à l’os, là bas, ils ouvrent carrément la jambe).

IMG_0634IMG_0432IMG_0328

Mais malgré cela, en voyageant là bas, ce n’est pas la pauvreté qui nous frappent. Je n’ai croisé aucune personne qui était trop maigre, ou pas assez nourri. Absolument tout pousse là bas, et ils ont d’ailleurs bien plus de choses que nous, qui importons tout ! Haricots rouge, patate douce, bananes plantains, aubergines, ndolé, le légume (semblable à l’épinard), le haricot koki, les batons de manioc, le gombo, les fruits de la passion, la papaye, les ananas, les mangues (pas en saison des pluies par contre), et j’en passe ! Ce qui est absolument à goûter là bas ? Le Ndolé sauce arachides avec des bananes plantains vapeur et un peu de riz ! Je pourrais manger ça tous les jours ! Le Haricot koki avec des plantains et du manioc (ou patate douce) est aussi un vrai délice. Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, mais qui ne plaît pas à tout le monde de par sa consistance un peu gluante, c’est le couscous manioc, sauce gombo pistache (rien avoir avec la pistache que l’on connaît). Et pour finir, je me suis régalé avec du tapioca sauté (du manioc râpé et séché, que l’on prépare comme du couscous). J’en ai ramené à la maison, ainsi que les haricots koki, quelques plantains. Mais la nourriture de là bas me manque beaucoup ! Je crois que je suis née sur le mauvais continent aha. Tous les matins, je me nourrissais exclusivement de fruits : papaye, fruits de la passion et orange. En trois semaines, je ne m’en suis pas lassée, c’est pour dire ! Évidemment les pris ne sont pas comparables à ce que l’on va trouver chez nous. En bord de route, les enfants vendent les produits récoltés afin de se payer les cahiers pour l’école. Ils vendent de tout ! En passant par les délicieuses arachides du village (à goûter absolument aussi), à l’aubergine, sans oublier les fruits de la passion, l’huile de palme vierge (pas de forêt n’a été détruite afin de planter ces palmiers et il se trouve que vierge, elle est excellente pour la santé!).

IMG_0732IMG_0515IMG_0787IMG_0821IMG_0601

La viande n’est donc que peu présente. Parce qu’elle est souvent chère, et qu’on ne sait jamais si l’on ne va pas attraper une quelconque maladie en la consommant. Par contre, pour ce qui est du poisson, on en trouve déjà beaucoup plus. Notamment ce poisson séché que l’on retrouve souvent dans le Ndolé. Je suis sur la pente du végétalisme, mais j’avoue que aller dans ce genre de pays et y vivre, voir que les gens mangent ce qu’ils ont sous la main, ça remet quand même des choses en question. Autant en Occident, on tue par plaisir gustatif, autant là bas, c’est quand même encore pour survivre : on mange ce qui va nous remplir le ventre. Alors oui, je sais, ça va créer polémique, mais dans un pays pauvre les situations ne sont quand même clairement pas les mêmes.

IMG_0843IMG_0352

Mais finissons par le meilleur ! Les gens là bas sont incroyablement chaleureux ! Bien que très à cheval sur l’éducation (ce qui n’est pas plus mal), ils sont adorables. Drôle et ouverts, ils ne jugent personne. Tout est propice à la rigolade, tout est toujours pris du bon côté. Sans connaître personne, vous pouvez vous promener dans la rue et parler, rigoler avec quelqu’un. Se promener dans les marchés à pied, ou dans les villes et villages est un vrai régal. C’est une simplicité que l’on ne retrouve plus chez nous, bien malheureusement. Tendre la main en bord de route et crier à l’arrivé du taxi « Le marché pour 500 ! « , se presser pour monter dedans et repartir (ou voir le taxi repartir parce qu’il ne veut pas passer dans les bouchons aha).

Et les robes des femmes là bas ! Absolument magnifique ! Elles les mettent incroyablement en valeur, bien plus qu’une tenue occidentale. Les pagnes sont splendides et les choix sont interminables. Je me suis faite faire une robe là bas, que je ne regrette absolument. Faite sur mesure, le travail de ces couturières est tellement minutieux !

IMG_0770IMG_0765IMG_0918

Alors voilà, en conclusion, je pourrais dire que c’est un pays dont je suis tombée réellement amoureuse et où je pourrais, sans aucun problème vivre. Je pense que c’est un pays avec lequel on accroche ou qui nous déplaît, il n’y a pas de juste milieu et on est vite fixé ! Le Cameroun, c’est une grande famille, voilà par quoi j’aimerai terminer cet article.

J’espère qu’il aura été assez complet et que j’ai pu, par ces quelques mots, vous transmettre ce magnifique voyage que j’ai pu vivre, bien que la plupart du temps, ces simples mots paraissent ridicules à côté de ce que j’ai vraiment pu voir et éprouver durant ces trois semaines. Si vous avez un jour l’occasion d’aller là bas, n’hésitez pas ! J’y retourne normalement l’année prochaine encore une fois, si tout va bien. En attendant, je fais toujours passer des vêtements ou chaussures à mon père pour les faire passer là bas, ou encore des livres d’école ou des romans pour la fondation. Si vous êtes intéressés par ailleurs, faites moi signe ! Des affaires que vous voudriez jeter pourraient faire des heureux là bas !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s